• Gers – Condom – Georges Nosella communique

    Publié le par dans Actualités |

    Madame Clémentine Pérez-Sappia, l’ABF (Architecte des Bâtiments de France) est prête à réouvrir le dossier !

    Voici le texte publié par M. Georges Nosella …

    Platanes des Promenades de Condom, suite

    Contactée par nos soins, l’Architecte aux Bâtiments de France nous confirme qu’en pleine période estivale, elle n’a pas eu d’interrogation sur le dossier, ni par Madame la sous-préfète, ni par M. le maire.


    Au vu des événements et pour faire suite à notre demande, elle rouvre donc le fichier de l’autorisation de travaux des Promenades de Condom.


    Elle tiendra compte de nos remarques dans une note adressée à Madame la sous-préfète et préconise une réunion de l’ensemble des acteurs ou détracteurs autour d’une table.
    Informé du contenu de cet entretien, Thomas Brail espère que nos revendications trouveront enfin une heureuse conclusion dans un dialogue apaisé.

    Dans ses recommandations auprès de la Mairie de Condom, porteuse du projet, l’Architecte aux Bâtiments de France demande le maintien des murs, de l’alignement d’arbres, réfute un mélange d’essences au profit de séquences d’alignement qui, selon le souhait municipal, pourraient être: merisier, frêne, érable, paulownia. Les platanes autour du kiosque sont tous conservés, des tilleuls font la transition entre cet espace d’apparat urbain et la suite ouest des Promenades.


    Cependant, elle note que l’abattage des arbres existants se ferait sur les bases de diagnostics sanitaires, tels que celui établi par l’ONF en 2017.
    Elle préconise donc dans son autorisation de travaux un « remplacement progressif », tout en notant qu’elle n’a pas eu connaissance du contenu de la seule étude citée, celle de 2017.


    Elle rappelle qu’il s’agit ici d’architecture urbaine végétale et quelle conçoit que dans l’éventualité d’un état sanitaire satisfaisant, la conservation de l’existant soit parfaitement envisageable (et même préférentiellement, au vu du code de l’environnement NDLR).

    Nous reconnaissons bien là celle qui inaugura sa prise de fonction dans le Gers par le classement de la vigne ancienne de Sarragachies aux Monuments historiques.

    Elle recommande un rapprochement rapide avec les architectes responsables du chantier afin de se renseigner auprès d’eux des contraintes liées au projet en cours et des solutions possibles .

    Version imprimable ICI