• Gers – Condom – un abattage d’une rare violence

    Publié le

    Les médias ont annoncé ce mercredi la triste nouvelle de l’abattage de 16 des platanes des Promenades de Condom, action voulue coûte que coûte par le maire et protégée par de très nombreux gendarmes, preuve du « sérieux » de l’opération.

    Cette action coup de poing a bien entendu plongé les citoyens et les associations, qui souhaitaient le respect de ces arbres patrimoniaux, dans la stupeur, l’incompréhension et l’indignation.

    Thomas Brail, perché dans son platane en face du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a donné plus que tout autre de sa personne, de son temps, de son énergie pour s’opposer à ce projet d’abattage excessif, inutile et aussi, irrespectueux d’un lieu historique unique.

    Le Ministère est resté totalement sourd. Malgré la mobilisation, malgré les médias. Et en plus nous avons eu droit aux propos extrêmement inélégants et mensongers du Maire de Condom, responsable de cette malheureuse et stupide opération.

    NON, les platanes n’étaient pas malades…

    NON, Gérard Dubrac n’a pas gagné au tribunal administratif (le jugement n’est pas rendu !)…

    OUI, son projet est bien illégal et contraire au Code de l’environnement qui institue le principe de la « continuité » dans l’espace et dans le temps des alignements d’arbres…

    OUI, son projet dynamite à jamais, en plus des arbres, l’esprit du lieu des allées historiques de Condom, plantées au XVIII° siècle.

    Les arbres de Condom sont coupés, certes, ça ne se recolle pas. Mais les associations et collectifs en lutte contre ce projet irrespectueux des arbres et de la ville historique, vont continuer à se battre pour que le projet soit enfin conforme à la loi et respecte la qualité des lieux. Des Promenades construites au départ comme une colonnade arborée majestueuse ne sauraient être transformées en un jardin public banalisé et « amusant » sous prétexte d’une modernité mal digérée, avec des arbres en mélange. Finie à jamais la colonnade ! Et en plus avec l’aval incompréhensible des services de l’Etat, en plein dans des périmètres de monuments historiques !

    Condom illustre parfaitement le mépris des arbres en ville qu’ont certain(e)s élu(e)s et administrations, pour lesquels ils ne sont que du mobilier urbain trop encombrant, modifiable et taillable à merci.

    Les arbres sont des êtres vivants : ils sont nos principaux alliés, en ville, dans la lutte contre les conséquences du réchauffement global et contre la pollution. Ils sont les principaux garants de la biodiversité urbaine, fixent le CO2 et produisent l’oxygène que nous respirons. Ils climatisent gratuitement les villes en été grâce à leur transpiration. Quand on coupe un arbre mature, la perte est sèche pendant très longtemps… même si on en replante des jeunes.

    L’ASPPAR est solidaire de Thomas Brail et salue son abnégation. Elle est solidaire également des associations et collectifs qui continuent partout en France le combat contre les projets stupides d’aménagements, qui négligent tout ce que les arbres peuvent apporter de positif à la vie urbaine présente et surtout future.

     

    Version imprimable au format pdf